Lampe à carburant

Cette semaine, mise en œuvre imprévue d’une partie du mode « autonomie ».

«Hem? Pardon?»

Oui, c’est vrai, je m’explique. Je fais partie des gens qui depuis longtemps visent le maximum d’autonomie et de liberté. La vie étant loin d’être un long fleuve tranquille, les choses mettent encore du temps à prendre forme, SAUF sur les petites choses plutôt faciles à mettre en œuvre, des petits gestes, des petites démarches… comme celle qui va être vite abordée ici.

Hem, pas clair tout ça? si!?

Alors, je prends le cas concret qui est ma base de travail actuel, et ce cas est tout simplement l’arrêt de la fourniture d’électricité dans le coin où j’habite, voilà, rien de bien compliqué, mais ça se prépare.

Ce que ça donne depuis quelques mois, c’est le passage du « tout électrique » à « comment je peux continuer à ne pas être trop impacté au quotidien si il n’y avait plus de courant? » Et des choses dépendantes de l’électricité mine de rien, on en a un paquet pour pas mal d’entre-nous. Ce qui fait que le jour où la panne sera bien plus conséquente, il y a des chances que pas mal d’entre-nous serons pris (un peu, beacoup) au dépourvu. Alors que des choses toutes simples vont pouvoir vous dédramatiser la vie.

Et dans la catégorie « éclairage » la petite dernière de ces choses qui, une fois prête va vous dédramatiser la vie est…la lampe à pétrole. Oui je sais, c’est vintage au mieux, ringard au pire, mais ça fonctionne ^^ (merci les camarades de Diaspora* d’avoir parlé de cette solution)

lampe à essence / pétrole de marque Besnard

Trouvée pour 4€ dans un magasin croisé entre une caverne aux trésors et un antiquaire, complète avec sa mèche,la plus grosse prise de risque a été…de ne pas parvenir à l’ouvrir. Et oui, car dans la boutique, impossible d’y parvenir, l’endroit où devait se trouver le pas de vis restant obstinément fermé. Finalement de retour à la maison, un peu de ruban caoutchouc sur la tête, une pince grip, un peu d’huile de coude et hop le tout a été ouvert.

J’ai découvert que la mèche se glisse dans une « cage » métallique (et oui, full métal la petite ^^), cage amovible entourée d’un fourreau de fibre fixe, retenu par une « cale » qui se glisse dans le pas-de-vis, et ce même fourreau est entouré d’une autre fibre (coco?) qui rempli tout le réservoir, dans lequel on vient mettre le carburant. Ces éléments sont visibles – – ici – – dans l’album piwigo dédié.

Quand le tout est mis en place, et la mèche bien imbibée, il ne reste plus qu’à l’allumer et régler la hauteur souhaitée en fonction de l’intensité voulue. Mais point trop n’en faut… sinon ça fume.

Le carburant cette fois-ci est du pétrole acheté en bouteille d’un litre et désaromatisé… pour un peu moins de 3€ . Mais soyons clair, ça pue quand même un chouia.

Question budget,en gros pour moins de 10€ j’ai quelque-chose qui pourra remplacer/suppléer quelques bougies. Ça n’éclaire pas bien loin. Avantage, je ne mets pas de la cire partout et c’est bien stable. À plus long terme, en cas d’accès compliqué à du carburant, il faudra trouver autre-chose (pourquoi pas de l’huile faite maison ?)

Cette lampe vient en complément d’une lampe frontale avec quelques piles, d’une lampe led rechargeable via panneaux solaires et batteries, de bougies et allumettes.

L’autonomisation va bien entendu plus loin que ce simple moyen d’éclairage, et même si c’est imparfait, au moins, ça permet d’être plus relax le jour ou le besoin est là 😉

Par contre, il va falloir trouver des mèches ou apprendre à en faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *